L’Inbound Marketing ou l’Outbound Marketing


L’Inbound marketing et l’Outbound marketing ont un objectif final commun : « gérer du lead ». Ces deux pratiques sont de fait des alliées. Alors pourquoi faudrait-il choisir entre l’un ou l’autre ? Pourtant l’Inbound marketing et Outbound marketing sont trop souvent dissociées dans les stratégies marketing.

Qu’est-ce que l’Inbound Marketing et l’Outbound Marketing ?

1) Inbound Marketing (Internet)

L’Inbound Marketing (ou « marketing sortant ») est une stratégie plus récente qui fait suite à l’évolution du comportement des consommateurs.

Désormais on ne fait plus la promotion d’un produit ou d’un service : on informe « Market less, inform more »  

Cette technique vise à faire venir un prospect naturellement vers vous en lui proposant un contenu informatif et enrichissant pour lui. Il n’en sera que plus qualifié.

Des exemples d’Inbound Marketing : les articles de blog d’experts, des tribunes dans les médias, les livres blancs, etc.

2) Outbound Marketing (Média)

L’Outbound marketing (ou « marketing entrant ») consiste à aller chercher le client via la communication de masse.

On peut aussi l’assimiler à de la prospection.

Quelques exemples d’Outbound Marketing : les salons, les publicités télévisées, les spots radio ou encore l’affichage, etc.

Article 2 Inbound Marketing vs Outbound Marketing 23 Janvier 2016

Ecrit et Publié par Bekir YILDIRIM

 

Le Top 10 des Réseaux Sociaux en Août 2015 !


1) Facebook : 1490 millions d’utilisateurs

2) QZone : 629 millions d’utilisateurs

3) Google+ : 343 millions d’utilisateurs

4) Twitter : 304 millions d’utilisateurs

5) Instagram : 300 millions d’utilisateurs

6) Tumblr : 230 millions d’utilisateurs

7) Baidu : 200 millions d’utilisateurs

8) Sina Weibo : 157 millions d’utilisateurs

9) Snapchat : 100 millions d’utilisateurs

10) Wkontakte : 100 millions d’utilisateurs

Ecrit et Publié par BeSocialWeb (Bekir-Cem YILDIRIM)

Community Manager : Représentant et ambassadeur de la marque entreprise !


1) Qu’est-ce qu’un Community Manager

Le « Community Manager », gestionnaire de communauté, ou conseil en web social est à la croisée de plusieurs métiers, services et compétences habituellement partagés dans l’entreprise entre plusieurs fonctions, et notamment :

  • La relation clients
  • Le marketing et la veille concurrentielle
  • La gestion de la réputation de l’entreprise
  • La communication interne et externe

Dans une entreprise qui utilise internet pour développer ses activités et communiquer sur ses produits, le Community Manager est chargé de construire des relations durables avec les clients et prospects, à travers des espaces communautaires (forums, blogs, réseaux sociaux) qu’il anime.

2) Le rôle d’un Community Manager

Les missions confiées au Community Manager sont donc transversales. Elles dépendent également de l’orientation que l’entreprise donne à sa communication web (ex : agir sur l’e-réputation, recruter des prospects, etc)

Trois grandes missions :

  • Ambassadeur de la marque/entreprise : le Community Manager est à la fois le porte-parole de la marque et l’interlocuteur reconnu de ses clients sur les espaces web communautaires où ils s’expriment (forums de discussions, blogs, etc).
  • Gestion et animation de communautés : il oriente les clients-internautes vers des espaces de communication web maîtrisés (blogs et forums « corporate », page facebook, etc.), qu’il peut lui-même créer. Il renforcer la présence des internautes/clients sur ces espaces, afin que « leur voix » ne se disperse pas. Enfin il anime ses espaces en fournissant des contenus pertinents (ex : offres commerciales et événementielles, jeux, réponses aux questions d’internautes).
  • Veille et communication interne : la veille qu’il exerce (dans et en dehors de la communauté) et ses interactions avec les internautes peuvent être analysés, capitalisés sont partagés avec les services de l’entreprise concernés (ex : motifs d’insatisfactions, indisponibilité d’un service/produit, propos diffamatoires, etc.)

Les Enjeux de la fonction de Community Manager dans l’entreprise :

  • Promotion de l’image de marque de l’entreprise : en limitant le nombre de commentaires négatifs publiés dans certains espaces de discussion (ex : sites d’avis).
  • Fidélisation et recrutement des clients : en apportant des réponses adaptées à des feedbacks clients récurrents, il témoigne de la capacité d’écoute de l’entreprise. Ses interventions « éditoriales » sur les espaces communautaires (ex : annonce d’événements, de promotions, etc.) attirent l’attention de nouveaux prospects.
  • Amélioration du référencement web de l’entreprise/marque : grâce à la mise à jour régulière de nouveaux contenus, à la multiplication de liens vers les activités/produits/services de l’entreprise.
  • Compétitivité de l’entreprise : plus présente qu’un concurrent sur les médias sociaux influents.

3) Un Community Manager : pour quelles entreprises ?

Les entreprises de toute taille (TPE-PME), particulièrement investies dans les secteurs de la vente directe, et qui gèrent une partie de leur relation client sur internet, peuvent bénéficier de l’expertise d’un Community Manager.

A plus forte raison si elles disposent déjà d’un site internet « institutionnel » et sont présentes sur les réseaux sociaux publics et professionnels.

Dans ces cas, cette démarche doit s’accompagner d’une réflexion stratégique sur les raisons d’augmenter sa présence sur les réseaux sociaux, et sur les objectifs à atteindre.

4) Comment recruter un Community Manager ?

Selon la taille de l’entreprise, le volume des espaces communautaires à gérer, et l’objectif assigné à sa fonction, le Community Manager peut être recruté en interne, ou son rôle peut être externalisé. Dans tout les cas, il devra réunir un certain nombre de qualités.

Recruter un Community Manager en interne :

De nombreuses entreprises optent pour cette solution, par souci de pérennité et pour une question d’efficacité dans l’organisation du travail : notamment si le Community Manager est appelé à collaborer étroitement avec les différents services de l’entreprise : marketing, relation clients, chef produits, communication, etc. Internaliser la fonction de Community Manager permet également aux entreprises de conserver leur indépendance stratégique et aux collaborateurs de développer de nouvelles compétences.

Externaliser la fonction de Community Manager :

D’autres entreprises délèguent tout ou partie des responsabilités de Community Management à des intermédiaires – agences ou prestataires freelances- , ce qui comporte également plusieurs avantages : en termes de flexibilité (intervention contractuelle, plus économique) mais aussi en termes de prise de distance : le Community Manager externalisé a plus de latitude de prise de parole qu’un salarié de l’entreprise et se met plus facilement à la portée de la communauté. Une neutralité et une objectivité qui peuvent rendre ses interventions plus crédibles.

Caractéristiques et qualités d’un Community Manager :

Si vous procédez à un recrutement en interne, vous devrez être attentif au profil du candidat et aux critères de sélection suivants :

  • Polyvalence : le Community Manager doit réunir plusieurs compétences et connaissances : en marketing, stratégie commerciale, reporting, capacités de communication. Il correspond donc plutôt à un profil « Écoles de Commerce ».
  • Activité sur les blogs et réseaux sociaux : le candidat doit lui-même être blogueur amateur et si possible déjà identifié ou reconnu par une communauté de blogueurs (pour plus de crédibilité)
  • Maîtrise des outils techniques : Twitter, Facebook, Viadeo, LinkedIn… Outre leur maniement, Il devra être capable de justifier leur intégration à une stratégie plus globale. Il devra également savoir manier les outils de veille (ex : Netvibes, wikio) et produire des analyses fines.
  • Qualités humaines : réactivité, sens de la diplomatie et empathie (le Community Manager est à la fois porte-parole de la marque et des consommateurs).

Ecrit et Publié par Besocialweb

Besocialweb, présent sur les réseaux sociaux !


Facebook : https://fr-fr.facebook.com/pages/BeSocialWeb/505014329557056

Twitter : https://twitter.com/Besocialweb93

Scoop.it : http://www.scoop.it/t/besocialweb

Tumblr : http://blogbesocialweb.tumblr.com/

Google+ : https://plus.google.com/+BekirCemYildirim

Se faire connaître : Les techniques gratuites et payantes


Partie I : Les techniques gratuites

  • Les blogs (WordPress, Blogger, Tumblr, Scoop.it,etc.)
  • Newsletter

  • Réseaux Sociaux (Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Instagram, Linkedin, Viadeo, Flikr, Amplement,etc.)

  • Forums

  • Communautés

  • Echange d’hyperliens ou de bannières

  • Flux RSS

  • Communiqués de presse

  • Sites d’annonces

  • Vidéos sur Youtube ou Dailymotion

Partie II : Les techniques payantes

  • Annuaire payants

  • Achat de mots-clés (Google Adwords)

  • Achats d’espaces publicitaires Google, Yahoo!, sites spécialisés,etc.)

Les outils de communication gratuit pour les entreprises !


Vous avez décidé de lancer votre propre activité, vous êtes une nouvelle start-up, entrepreneur, un jeune blogueur ou nouveau sur le monde du travail et vous n’avez pas d’argent ou peu de budget pour vous faire connaître, voici les différents outils de communication ou vous n’aurez pas besoin de dépenser un seul euro :

  • Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+, Instagram, Pinterest, etc.)
  • Les réseaux sociaux professionnels (Linkedin, Viadeo, Xing, Wizbii, Yupeek, etc.)

  • Les blogs (WordPress, Blogger, Scoop.it, Tumblr, Wix, etc.)

  • Les forums 

  • L’échange de lien entre professionnels

  • Les sites spécialisées

  • Les plateformes de vidéos (YouTube, Dailymotion, Vimeo, etc.) 

Ecrit par Bekir-Cem YILDIRIM

Publié sur le blog Besocialweb

Facebook Home va intègrer Flickr, Pinterest, tumblr et Instagram !


 

Facebook-Home-logo-640x310

Afin de d’enrichir et d’élargir les fonctionnalités de son application Home destinée aux smartphones sous Android, le réseau social Facebook a décidé d’y intégrer des billets issus de Flickr, Instagram, Pinterest et de Tumblr.

Le réseau social Facebook a annoncé ce jeudi qu’il allait intégrer dans son application Home des applications tierces. Facebook Home est réservé aux smartphones sous Android et permet de mettre le réseau social au cœur du système d’exploitation. En allumant votre smartphone, Home devient ainsi votre écran d’accueil et le fil de Facebook s’affiche dès que l’on met en marche le mobile. Désormais, après avoir déverrouillé votre smartphone, vous pourrez faire défiler des messages et des photos provenant des applications tierces qui proviennent de Flickr, de Pinterest, de Tumblr et d’Instagram et de Facebook bien entendu. Des notifications de ces applications tierces vous seront désormais transmises par le biais de Home.

Applications tierces intégrées à Facebook Home

Les quatre applications qui ont été intégrées à Facebook Home sont toutes visuelles au détriment du texte car le réseau social compte miser beaucoup plus sur l’image afin de mieux « marquer » les utilisateurs. Cette nouveauté est accessible aux internautes qui se sont inscrits sur le groupe « Facebook for Android Bêta« . Le déploiement à plus grande échelle se fera par la suite. L’application Facebook Home peut quant à elle être téléchargée sur Google Play.

http://www.zone-numerique.com/facebook-home-va-integrer-flickr-pinterest-tumblr-et-instagram.html

 

Êtes-vous plutôt Tumblr ou Pinterest ?


Etes-vous plutôt tumblr ou pinterest ?

La communauté des « pinters » frôlerait les 23 millions selon les dernières études. De quoi faire trembler Tumblr, l’autre réseau social du même type qui comptabilise, lui, 26 millions d’utilisateurs.

Exit le bon vieux panneau de liège ! Voici Pinterest et Tumblr, sortes de tableaux d’humeur virtuels, qui comptent déjà sur la Toile des millions d’adeptes, à commencer par les stars. Séance de rattrapage pour les retardataires.

Avez-vous déjà cédé à l’appel du « pin » ? Sachez qu’aujourd’hui tout le monde s’y met… ou presque. La communauté des « pinters » frôlerait les 23 millions selon les dernières études.

De quoi faire trembler Tumblr, l’autre réseau social du même type qui comptabilise, lui, 26 millions d’utilisateurs. Ces quelques lignes vous laissent dans un flou artistique le plus total ? Alors la lecture complète de l’article vous est fortement conseillée.

Car après Facebook et Twitter, Pinterest et Tumblr sont les réseaux sociaux les plus en vue. Barack Obama himself, Beyoncé, Lena Dunham, Demi Moore, Oprah Winfrey…, tous accros ! Parions que, passé la dernière ligne, vous aussi voudrez vous y mettre.

Et là, une question cruciale se posera tout naturellement : Pinterest ou Tumblr ? Tumblr ou Pinterest ? Si aucune loi n’interdit d’ouvrir deux comptes à la fois, un petit historique doublé d’un mode d’emploi vous aidera à y voir plus clair.

Notez que ce récapitulatif s’adresse également à tous ceux (et ils sont nombreux) qui prétendaient jusque-là bien connaître ces deux outils…

http://madame.lefigaro.fr/societe/etes-vous-plutot-tumblr-pinterest-140313-374340

Pinterest : un succès plus rapide que Google+ et Tumblr.


Lancé en version bêta il y a tout juste deux ans, entre web social et collaboratif, le site de Pinterest connaît une explosion aussi récente que spectaculaire. Volet #1 de notre série sur les entreprises « wow ».

Pinterest a levé 37,5 millions de dollars en deux tours de table auprès des cadors de la Silicon valley, et sa valorisation avoisine les 200 millions de dollars. L'audience de Pinterest aurait été multipliée par plus de 400 % au cours du dernier trimestre 2011. Et de 4 000 % en six mois !

Punaise, quel succès ! En quelques mois, le site Pinterest a réussi à faire buzzer toute la planète web. Le principe : punaiser (to pin, en anglais) des photos glanées au fil des surfs et les épingler sur un tableau virtuel, un peu à la manière des magnets sur un réfrigérateur des années 1950. Vingt millions d’utilisateurs ont ouvert un espace sur Pinterest où, le plus souvent, le pittoresque côtoie l’anecdotique, loin des averses de tweets et des statuts nombrilistes d’un Facebook. Ben Silbermann et Paul Sciarra, deux jeunes « anciens » de Google et de Facebook, sont à l’origine de cette découverte d’entomologiste, qui depuis deux ans passionne les internautes. Surtout les femmes d’ailleurs, qui représentent plus de 70 % des utilisateurs, selon le service de ciblage publicitaire Google Ad Planner.

37,5 millions de dollars levés

L’audience de Pinterest aurait été multipliée par plus de 400 % au cours du dernier trimestre 2011. Et de 4 000 % en six mois ! C’est bien plus que le réseau social Google+ et la plate-forme de microblogging Tumblr. Une vitesse de déploiement plus fulgurante que tous les autres sites à succès. Facile, visuel (forcément), varié, Pinterest est le web social et collaboratif épinglé sur un carré de liège virtuel. Un vrai hobby de flemmard. Après les blogs, qui exigent de passer un peu de temps à les alimenter, ce fut Facebook, dont les statuts se modifient en quelques secondes, puis vint Twitter, le règne de l’alerte. Avec Pinterest, on s’affranchit même des mots et de la syntaxe, puisque seules les images ont droit de cité. Et en plus, on peut y inviter ses amis « facebookiens ». Facile.

Tout juste 16 personnes pour faire tourner la boutique, quelque 37,5 millions de dollars en deux tours de table auprès des cadors de la Silicon valley, et une valorisation autour de 200 millions de dollars, mais toujours pas de rentabilité, comme il se doit…

Placer les marques au centre du business

Pas trop inquiets, les cofondateurs de Pinterest savent que pour monétiser leur énorme audience et profiter du pouvoir d’attraction du site, il faudra miser sur le brand content. Un écosystème qui place les marques au centre du business. Celles-ci profitent alors du support que représente Pinterest pour communiquer, détailler leurs produits et associer différentes communautés d’internautes. Aux Etats-Unis, les tee-shirts et les vestes de Gap, les lampes, les tapis et autres objets de déco d’un West Elm ou encore les pommes pimpantes du roi du bio yankee Whole Foods profitent des carrés virtuels du site social. Cette mécanique d’affiliation devrait assurer à court terme une partie des revenus de Pinterest, qui prélèverait une commission sur chaque vente d’objets qui transiteraient de la plate-forme vers les e-marchands. Une stratégie déjà mise en oeuvre par The-Fancy.com, l’un des nombreux Me too de Pinterest. Mais il existe une autre option pour des phénomènes de cette ampleur. Au lieu de se contenter de rester dans l’affiliation classique, Pinterest pourrait développer très largement sa relation client afin d’offrir aux marques la possibilité de mieux cerner le précieux profil de leurs acheteurs.

Comme un retour vers une réalité plus simple – et plus concrète que les manies virtuelles des geeks de Tumblr -, les punaises de Pinterest présentent tout de même une ombre au tableau de liège : celle de la monétisation des droits d’auteur des images épinglées… Il serait dommage de se mettre à dos la communauté grandissante des photographes, fussent-ils en herbe.

http://lentreprise.lexpress.fr/internet/pinterest-un-succes-plus-rapide-que-google-et-tumblr_33758.html