Zoom sur le SXO : Le Successeur du SEO


article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017

« Bientôt le SEO ne sera plus qu’un vague souvenir puisqu’il va céder sa place au SXO ». Voici ce que l’on entend souvent ces derniers temps, un changement de nom qui semble nécessaire vu l’apparition des nouvelles techniques de recherche d’informations. Mais qu’n est-il réellement ? Focus sur le SXO ou Search eXperience Optimization…

1) Google évolue en fonction des besoins des internautes

Google, semble-t-il, ne veut plus être un moteur de recherche, un moteur de réponse. Le « featured Snippets » le prouve, un résumé de réponses en provenance des pages web proposées. Le géant de l’internet prend ainsi conscience que les méthodes classiques de lancer des requêtes sont sur le point de changer.

Cette situation est en partie due à la recherche vocale. Les acteurs technologiques se bousculent effectivement dans la mise en place d’assistant personnel tel que Chatbot, Cortana ou encore Siri. Parallèlement, Google fait le nécessaire pour fournir directement à l’internaute les informations qu’il recherche. Pour lui, c’est un gage de crédibilité aux yeux des utilisateurs.

article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017-2
2) Pourquoi le SXO est-il viral ?

Pour atteindre son objectif, le fameux moteur de recherche qu’est Google a apporté de nombreuses améliorations à son système. Il s’est penché sur le score sémantique d’un site avant de définir son positionnement et adopté des codes assez évolués pour référencer proprement les pages web. Ces divers changements suscitent une question de grande envergure : les méthodes de référencement à l’ancienne permettent-elles toujours d’apparaître à la première place sur Google ? Pour le moment, la réponse à cette question est plus ou moins oui ! Cependant certains craignent que tôt au tard ces changements impactent sur le positionnement d’un site. C’est là qu’entre en scène le SXO.

article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017-3

3) Qu’est-ce que le SXO ?

Dans un futur proche, obtenir la première place sur Google sera bien plus difficile. Pour se faire, il faudra que les contenus, les services ou encore les articles correspondent au mot-clé tapé par l’utilisateur. Certains experts pensent que le SXO est idéal pour y parvenir. L’optimisation de l’expérience de recherches, un mélange de SEO et de CRO (Conversion Rate Optimization), a été démocratisée en 2010 par l’allemand « SEOworkers ». Pour les experts dans le domaine, elle a déjà porté ses fruits ce qui explique pourquoi l’offre est déjà disponible sur le marché. Certaines grandes entreprises l’ont d’ailleurs déjà proposée depuis 2012.

4) Une bonne stratégie SXO

Avant toute chose, il est capital de connaître le fonctionnement du moteur de recherche. En principe, celui-ci se réfère au nombre de clic obtenu par le site et prend en compte le temps passé par l’internaute sur la page. Plus il est élevé, plus le site gagne de bons points auprès de Google : il est donc indispensable de garder un visiteur le plus longtemps possible. Pour cela, l’ergonomie du site se doit d’être irréprochable, tout comme la pertinence des contenus qui joue un rôle des plus importants.

5) Le SEOUT : une étape incontournable en SXO

Le SEOUT est essentiel dans le positionnement d’un site. Il est plus privilégié par ceux qui adoptent le SXO. Généralement, la technique consiste d’abord à dresser un tableau contenant les atouts et les points faibles du site. En faisant cela, le concepteur doit entrer dans la peau des visiteurs. Ensuite, il faut se pencher sur les pages à mettre en avant pour obtenir une ergonomie parfaite afin d’attirer le maximum d’internautes. Enfin, il ne faut pas oublier les maillages sémantiques qu’un expert du référencement peut parfaitement réaliser.

Source : Webmarketing & Com

Ecrit par Enrico Ramasy

SEO : Search Engine Optimization


1) Définition du mot « SEO »

Le SEO est un outil de référencement naturel et gratuit qui permet aux entreprises d’être mieux référencer sur les moteurs de recherche comme :

  • Google
  • Bing
  • Yahoo !

2) L’intérêt du SEO

Le SEO permet aux entreprises d’être référencer avec des groupes de mots-clés (ou keywords) sur les moteurs de recherche.

3) Parlons un peu de SEO

Il y a deux manières de parler de SEO :

  • Référencement via les mots-clés (ou keywords) en fonction de l’activité des entreprises
  • Référencer sur des annuaires professionnels en fonction de l’activité des entreprises

4) Un exemple de SEO sur le moteur de recherche « Google »

seo-article-4

L’AGENT VIRTUEL !


1) Qu’est-ce qu’un agent virtuel ?

C’est un programme informatique qui permet de renseigner, d’aider et d’informer les internautes ou les clients en ligne sur le web (Site Web).

2) Ce que peut apporter l’Agent Virtuel aux entreprises

  • Améliorer le processus de vente
  • Diminution des coûts
  • Pas de déplacement
  • Faire gagner beaucoup de temps au service client (SAV)

3) Exemple d’Agent Virtuel 

  • Emma d’MMA
  • Anna d’IKEA
  • Clara de LA FNAC
  • Léa de PAYPAL

4) Les acteurs du marché

  • Virtuoz
  • Merloz
  • Artificial Solutions
  • Asanangel

Ecrit et Publié par BeSocialWeb (Bekir YILDIRIM)

Quels sont les enjeux du Web 2.0 pour l’entreprise ?


1) Un enjeu stratégique :

  • Renforcer son positionnement : l’entreprise se fait plus facilement connaître et elle peut apporter plus de services (vente en ligne, hotline …),
  • Valoriser l’intelligence collective : Internet est en perpétuel évolution donc l’équipe commerciale doit faire évoluer le site de l’entreprise constamment,
  • Stimuler l’innovation : apporter de nouvelles applications.

2) Un enjeu économique :

  • Réduire ses coûts : la publicité d’une entreprise se fait gratuitement ou quasi gratuitement,
  • Gagner en productivité : les clients peuvent passer leur commandes directement sur le Site Web donc elles peuvent être préparées plus rapidement,
  • Augmenter son chiffre d’affaires : comme les coûts sont réduits l’entreprise peut réaliser plus facilement du CA

3) Un enjeu technologique :

  • Gratuité ou quasi-gratuité des logiciels ou applications

Ecrit et Publié par Besocialweb (Bekir-Cem YILDIRIM)

Le métier de Webmarketer : Générer et augmenter le trafic du site !


Qu’est-ce qu’un webmarketer ?

Le Responsable du Marketing interactif (webmarketer) a pour mission de trouver tous les moyens pour générer puis augmenter le trafic du site.

Il est en liaison avec la Direction Commerciale, celle des Systèmes d’Information ainsi qu’avec le Responsable des Technologies de vente en ligne afin de définir la stratégie marketing du site web.

On retrouve ce poste aussi bien chez l’annonceur que chez les  agences interactives.

Le webmarketer, en collaboration avec la direction et l’équipe marketing, va définir les objectifs des sites et mettre en place le plan de communication en ligne pour les atteindre.

Il sera en charge des différents leviers e-marketing : référencement naturel, liens sponsorisés, affiliation, display, buzz marketing, partenariats, animation diverses du site… et devra trouver la juste répartition du budget entre ces derniers pour maximiser le retour sur investissement.

Il coordonnera les compétences internes et externes pour mettre en place les campagnes et devra régulièrement analyser les résultats de celles-ci pour ensuite les améliorer en vue d’un meilleur ROI.

Il devra également faire des remontées à la direction et donc maîtriser les chiffres et les outils d’analyse d’audience (Xiti, Google Analytics…).

En parallèle, il sera en contact avec les partenaires et les agences de communication interactive, de ce fait il devra développer des qualités de négociation (négociation pour la mise en place de partenariat, l’achat d’espace…).

Le webmarketer devra également avoir des connaissances en techniques web (HTML, langage dynamique, webdesign…) pour pouvoir, selon le type d’entreprise où il est, mettre en place les éléments techniques ou rédiger les recommandations pour ses collègues webmaster, webdesigner…

Dans tous les cas, le webmarketer est en état de veille permanent pour faire évoluer sa stratégie de communication en parallèle aux tendances du web.

Ses Missions :

  • Connaître de façon assez fine les internautes et Leur comportement
  • Définir et adapter la stratégie marketing du site
  • Mesurer l’impact des solutions mises en place
  • Repérer les sites web susceptibles de devenir partenaires
  • Fidéliser les internautes
  • Acheter des espaces pour promouvoir le site auprès des différents médias

Ses Qualités essentielles :

  • Etre créatif
  • Avoir le sens de la négociation et de l’analyse
  • Savoir travailler en équipe
  • Avoir le sens de l’organisation

Référenceur : Référencer et apporter des clics sur les sites web !


Qu’est-ce qu’un référenceur ?

Le métier de référenceur a pour objectif d’accroître la visibilité et l’audience des sites Internet tout en rendant plus accessibles les différentes informations aux internautes.

Ce métier comporte plusieurs facettes et touche les domaines marketing, commercial et technique.

La dimension marketing se situe sur un plan stratégique. Le chargé de référencement doit définir les axes stratégiques du référencement, c’est à dire quelle activité doit être mise en avant et quelle est la cible principale visée. Puis, une réflexion sur les mots clés, les expressions, les outils de recherche et les annuaires peut être effectuée.

Le travail technique est un travail de veille effectué soit sur les sites et les forums spécialisés, soit directement à la source en surveillant le mode de fonctionnement et d’indexation des outils de recherche. Le référenceur doit procéder à l’optimisation du site en fonctions des mots et expressions choisis.

Ensuite, le référenceur peut opérer la soumission manuelle sur les outils de recherche, qui se poursuit par le contrôle de la prise en compte du référencement et la création de rapports d’audit de positionnement.

L’activité commerciale liée au référencement comporte deux phases : prospection et suivi. La prospection à destination des responsables de sites s’accompagne par la négociation et la mise en place de partenariats. Le suivi porte sur le bilan de la campagne de référencement.

Le référenceur est chargé tout d’abord d’auditer les sites pour découvrir tout ce qui peut être gênant ou bloquant pour les robots des moteurs de recherche. Il fournit ensuite des préconisations pour régler ces problèmes et propose des améliorations.

Il définit également des objectifs de positionnement sur les moteurs de recherche, en déterminant les expressions ou mots clés à cibler pour obtenir du trafic ou des ventes. Le référenceur élabore la liste des outils de recherche sur lesquels le site sera indexé.

Il travaille également la « popularité » de son site en négociant ou en obtenant des liens depuis d’autres sites vers le sien. Il suit toutes les modifications d’un site internet pour s’assurer de leur conformité avec les règles d’optimisation pour les moteurs de recherche.

Il gère les campagnes d’affiliation, de liens sponsorisés, de publicité sur les moteurs de recherche. Il rédige des rapports, tient à jour des tableaux de bord, et assure le suivi de référencement tout en cherchant constamment à l’améliorer.

Domaine et périmètre d’intervention

Le chargé de référencement intervient fonctionnellement sur des dossiers gérés aussi bien par les départements techniques que marketing et communication de l’entreprise.

Il est amené à collaborer avec tous les acteurs qui interviennent sur la gestion d’un site web : directeurs techniques, développeurs, hébergeurs, web designers, responsables marketing, communication, commerciaux…

Le plus souvent, il est amené également à négocier et à intervenir sur les dossiers d’échanges et de partenariats, ce qui l’amène à dialoguer avec les responsables d’autres sites internet.

Le métier réclame par ailleurs une autoformation permanente pour suivre l’évolution rapide des moteurs et des techniques, ce qui nécessite la participation fréquente à des séminaires ou à des rencontres, la participation à des forums de discussions et la lecture de blogs spécialisés.

Ecrit et publié par Besocialweb

Un métier d’artiste et d’informaticien : Webdesigner !


Le WebDesigner :

Le webdesigner est chargé de réaliser la conception d’une interface web : l’architecture interactionnelle, l’organisation des pages, l’arborescence et la navigation. Il s’agit d’une phase essentielle dans la conception d’un site.

La conception d’un design web tient compte des contraintes spécifiques du support Internet en termes d’ergonomie, d’utilisabilité et d’accessibilité.

Le webdesigner intervient dès le début du projet, il élabore la maquette et produit les différents éléments graphiques du site.

A la fois artiste et informaticien, il conçoit l’identité visuelle et la charte graphique des sites sur lesquels il travaille, tout en tenant compte des spécificités techniques du web.

A partir de la demande du client, il fait une traduction artistique globale, en lien avec le contenu du site.

Créatif et novateur, les priorités du webdesigner sont : le respect du  cahier des charges du client et la séduction des futurs utilisateurs des pages web.


Ses compétences :

  • Créatif et méthodique
  • Organisé, autonome, diplomate
  • Expert en technologies
  • Rigueur
  • Une bonne connaissance des outils d’intégration (XML, JavaScript, PHP…) lui permet de dialoguer avec les intégrateurs-développeurs ou l’équipe de production. Curieux, il effectue une veille technologique et créative permanente.
  • Le webdesigner maîtrise différents outils graphiques : Photoshop et Illustrator (pour travailler l’image), Flash (pour créer des animations), Dreamweaver (pour les développements HTML et CSS).

Ecrit et Publié par Besocialweb

Optimisation pour moteurs de recherche et médias sociaux


En référencement de site, on utilise souvent ces termes : SEO / SEA / SEM / SMO.

1) SEM – Search Engine Marketing

Marketing pour les moteurs de recherche.

C’est un terme global regroupant les techniques de référencement naturel et payant : SEM = SEO + SEA.

Il s’agit des techniques à but marketing s’appuyant sur les résultats des moteurs de recherche.

2) SEA – Search Engine Advertising

Publicité sur les moteurs de recherche.

Il s’agit principalement du référencement commercial Google Adwords ou liens sponsorisés.

3) SEO – Search Engine Optimization

Optimisation pour les moteurs de recherche.

On parle aussi de référencement naturel ou liens organiques.

4) SMO – Social Media Optimization

Optimisation pour les médias sociaux.

Cette stratégie d’optimisation consiste à diffuser des informations et à acquérir du trafic par les réseaux sociaux. C’est une tendance proche de l’e-marketing, visant à générer des liens potentiels indirects, et à augmenter ainsi la popularité d’un site.

On l’associe désormais au SEO et au SEA pour former l’ensemble des techniques de marketing liées au référencement.

SEM = SEO+SEA+SMO.

Les 4 sont complémentaires et nous vous indiquerons comment les utiliser au mieux pour optimiser efficacement votre site.

Les indicateurs de performances à surveiller !


1) Référencement

  • Trafic
  • Position sur les moteurs de recherche

  • Net-linking

2) Contenu

  • Trafic sur le site web
  • Nombre de visiteurs

  • Le temps passé sur le site web

  • Le nombre de partage des contenus et des like sur les contenus

  • 3) E-mailing & Newsletter

    • Taux d’ouverture
  • Taux de clic des e-mailings et newsletter

  • 4) Réseaux Sociaux

    • Nombre de personne qui suivent les pages (Facebook, Twitter, Google+, Instagram, Pinterest, YouTube,etc.)
  • Le nombre de contenu partager par les membres des communautés des réseaux sociaux

  • Le nombre de sollicitation

  • La qualité des sollicitation

  • 5) Convertir les internautes

    • Le nombre de document télécharger (livre blanc, brochure, catalogue, article, etc.)

    • Taux de rebond sur les landings pages

    • Le nombre d’inscription aux événements

    • Le nombre de nouveaux prospects constituées

    • Nombre de consultation reçues/ ventes effectuées

    Web 2.0 : Comment créer une boutique en ligne ?


    Partie I : Les avantages d’une boutique en ligne

    1) La boutique est accessible et ouverte 24/24h

    2) Pas de charges d’implantation de fond de commerce

    3) Pas besoin d’étude de marché sur le lieu d’implantation du site

    4) Réduction des coûts d’information et de communication

    5) La publicité est souvent moins coûteuse

    Partie II : Les inconvénients d’une boutique en ligne 

    1) Une concurrence rude

    2) Les cyberconsommateurs peuvent facilement comparer les prix en ligne et ils vont se diriger vers l’offre la plus intéressante

    3) Les nouveaux entrants

    Partie III : Les étapes de la création d’une boutique en ligne 

    1) Etude de marché

    2) Recherche des fournisseurs

    3) Création du site de vente

    4) Traitement des commandes

    5) Gestion des stocks

    6) Paiement sécurisé sans contrat de vente à distance (VAD)

    7) Paiement sécurisé avec contrat de vente à distance

    8) La livraison

    9) La Publicité