Zoom sur le SXO : Le Successeur du SEO


article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017

« Bientôt le SEO ne sera plus qu’un vague souvenir puisqu’il va céder sa place au SXO ». Voici ce que l’on entend souvent ces derniers temps, un changement de nom qui semble nécessaire vu l’apparition des nouvelles techniques de recherche d’informations. Mais qu’n est-il réellement ? Focus sur le SXO ou Search eXperience Optimization…

1) Google évolue en fonction des besoins des internautes

Google, semble-t-il, ne veut plus être un moteur de recherche, un moteur de réponse. Le « featured Snippets » le prouve, un résumé de réponses en provenance des pages web proposées. Le géant de l’internet prend ainsi conscience que les méthodes classiques de lancer des requêtes sont sur le point de changer.

Cette situation est en partie due à la recherche vocale. Les acteurs technologiques se bousculent effectivement dans la mise en place d’assistant personnel tel que Chatbot, Cortana ou encore Siri. Parallèlement, Google fait le nécessaire pour fournir directement à l’internaute les informations qu’il recherche. Pour lui, c’est un gage de crédibilité aux yeux des utilisateurs.

article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017-2
2) Pourquoi le SXO est-il viral ?

Pour atteindre son objectif, le fameux moteur de recherche qu’est Google a apporté de nombreuses améliorations à son système. Il s’est penché sur le score sémantique d’un site avant de définir son positionnement et adopté des codes assez évolués pour référencer proprement les pages web. Ces divers changements suscitent une question de grande envergure : les méthodes de référencement à l’ancienne permettent-elles toujours d’apparaître à la première place sur Google ? Pour le moment, la réponse à cette question est plus ou moins oui ! Cependant certains craignent que tôt au tard ces changements impactent sur le positionnement d’un site. C’est là qu’entre en scène le SXO.

article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017-3

3) Qu’est-ce que le SXO ?

Dans un futur proche, obtenir la première place sur Google sera bien plus difficile. Pour se faire, il faudra que les contenus, les services ou encore les articles correspondent au mot-clé tapé par l’utilisateur. Certains experts pensent que le SXO est idéal pour y parvenir. L’optimisation de l’expérience de recherches, un mélange de SEO et de CRO (Conversion Rate Optimization), a été démocratisée en 2010 par l’allemand « SEOworkers ». Pour les experts dans le domaine, elle a déjà porté ses fruits ce qui explique pourquoi l’offre est déjà disponible sur le marché. Certaines grandes entreprises l’ont d’ailleurs déjà proposée depuis 2012.

4) Une bonne stratégie SXO

Avant toute chose, il est capital de connaître le fonctionnement du moteur de recherche. En principe, celui-ci se réfère au nombre de clic obtenu par le site et prend en compte le temps passé par l’internaute sur la page. Plus il est élevé, plus le site gagne de bons points auprès de Google : il est donc indispensable de garder un visiteur le plus longtemps possible. Pour cela, l’ergonomie du site se doit d’être irréprochable, tout comme la pertinence des contenus qui joue un rôle des plus importants.

5) Le SEOUT : une étape incontournable en SXO

Le SEOUT est essentiel dans le positionnement d’un site. Il est plus privilégié par ceux qui adoptent le SXO. Généralement, la technique consiste d’abord à dresser un tableau contenant les atouts et les points faibles du site. En faisant cela, le concepteur doit entrer dans la peau des visiteurs. Ensuite, il faut se pencher sur les pages à mettre en avant pour obtenir une ergonomie parfaite afin d’attirer le maximum d’internautes. Enfin, il ne faut pas oublier les maillages sémantiques qu’un expert du référencement peut parfaitement réaliser.

Source : Webmarketing & Com

Ecrit par Enrico Ramasy

La Publicité Traditionnel VS Le Content Marketing En Image


article-n2-la-publicite-tradictionnel-vs-le-content-marketing-en-image-13-janvier-2017

Source :

LE SEO EN UNE IMAGE


Article n°1 Le SEO en une image 6 janvier 2017.jpg

Source : Axenet.fr

Joyeuses Fêtes !!!!!


BESOCIALWEB ET TOUTE SON EQUIPE VOUS SOUHAITE DE JOYEUSES FÊTES DE FIN D’ANNÉE !!!

RENDEZ-VOUS EN 2017 POUR DE NOUVELLES AVENTURES …..  

SEO : Search Engine Optimization


1) Définition du mot « SEO »

Le SEO est un outil de référencement naturel et gratuit qui permet aux entreprises d’être mieux référencer sur les moteurs de recherche comme :

  • Google
  • Bing
  • Yahoo !

2) L’intérêt du SEO

Le SEO permet aux entreprises d’être référencer avec des groupes de mots-clés (ou keywords) sur les moteurs de recherche.

3) Parlons un peu de SEO

Il y a deux manières de parler de SEO :

  • Référencement via les mots-clés (ou keywords) en fonction de l’activité des entreprises
  • Référencer sur des annuaires professionnels en fonction de l’activité des entreprises

4) Un exemple de SEO sur le moteur de recherche « Google »

seo-article-4

L’Inbound Marketing ou l’Outbound Marketing


L’Inbound marketing et l’Outbound marketing ont un objectif final commun : « gérer du lead ». Ces deux pratiques sont de fait des alliées. Alors pourquoi faudrait-il choisir entre l’un ou l’autre ? Pourtant l’Inbound marketing et Outbound marketing sont trop souvent dissociées dans les stratégies marketing.

Qu’est-ce que l’Inbound Marketing et l’Outbound Marketing ?

1) Inbound Marketing (Internet)

L’Inbound Marketing (ou « marketing sortant ») est une stratégie plus récente qui fait suite à l’évolution du comportement des consommateurs.

Désormais on ne fait plus la promotion d’un produit ou d’un service : on informe « Market less, inform more »  

Cette technique vise à faire venir un prospect naturellement vers vous en lui proposant un contenu informatif et enrichissant pour lui. Il n’en sera que plus qualifié.

Des exemples d’Inbound Marketing : les articles de blog d’experts, des tribunes dans les médias, les livres blancs, etc.

2) Outbound Marketing (Média)

L’Outbound marketing (ou « marketing entrant ») consiste à aller chercher le client via la communication de masse.

On peut aussi l’assimiler à de la prospection.

Quelques exemples d’Outbound Marketing : les salons, les publicités télévisées, les spots radio ou encore l’affichage, etc.

Article 2 Inbound Marketing vs Outbound Marketing 23 Janvier 2016

Ecrit et Publié par Bekir YILDIRIM

 

Bonne Fête de fin d’année à tous et à toutes !


Noel et Nouvel an

 

BeSocialWeb, vous souhaite à tous et à toutes un joyeux Noël et une Bonne Année 2016 !

Merry Christmas and Happy New Year 2016 Everyone !

 

 

Les 6 limites du Web 2.0 en Entreprise !


Limite 1 : Prospect de plus en plus aveugle à la publicité

Les internautes ferment de plus en plus souvent les pop-up et autres publicités sans même les avoir regardées. Dans la majorité des cas, les internautes sont équipés d’un programme anti pop-up qui empêche l’affichage de ces petites fenêtres.

Cette solution technique servant à bannir la publicité de nos écrans est la réponse aux excès des publicitaires. On peut aussi parler des spam qui sont considérés comme des courriers électroniques abusifs.

Il est à noter  que dans la vie courante, nous sommes exposés chaque jour à plus de 300 messages publicitaires. Les pop-up et spam sont devenus les principaux ennemis de l’internaute.

Limite 2 : Le marketing ne fonctionne pas pour les mauvais produits

En effet, un produit défectueux ne pourra entraîner qu’un bouche à oreille négatif puisque aujourd’hui une marque ne peut plus entièrement contrôler sa communication, c’est-à-dire qu’il est fondamental de garder à l’esprit que la marque qui est à l’origine du message ne contrôle plus sa progression, ni les commentaires qui pourront être faits dessus une fois le processus initié.

Nous pouvons prendre l’exemple de l’ « IPOD » d’ « APPLE » qui illustre bien les dangers encourus par la marque puisqu’en 2003 deux frères New Yorkais insatisfaits de leur « IPOD » ont décidé de mettre en ligne un contre buzz. Cette buzz dépréciatif avait pour nom : « IPOD’s dirty secret ». Cette vidéo montrait les disfonctionnements d’une des premières générations d’ « IPOD ».

En quelques jours, cette vidéo fut téléchargée 200 000 fois. Cet exemple nous montre bien que le buzz peut être un outil aussi puissant que destructeur de l’image d’une marque.

Limite 3 : Un succès difficile à anticiper

Certains services ou produits se prêtent mieux au buzz marketing que d’autres. En effet, une campagne virale fonctionnera mieux :
– pour un service sur Internet que pour un produit classique, surtout si c’est un service gratuit,
– pour un produit avec une typologie homogène de consommateurs (les abonnés aux câbles, les branchés…) ou une communauté dont les membres communiquent beaucoup entre eux.

Dans tous les cas pour que le buzz fonctionne, il faut qu’il suscite un intérêt à l’émetteur, au destinataire et à la marque initiatrice.

Limite 4 : Des résultats de plus en plus difficiles à mesurer

Les outils de mesures traditionnels sont devenus inefficaces à partir du moment où les marques chargent leurs consommateurs de communiquer pour elles. Il s’agit donc de repenser les méthodes de mesure puisqu’il est primordial pour toute entreprise d’évaluer l’efficacité de sa campagne virale.

Quelques agences comme Culture-buzz.com ou DMC semblent l’avoir compris et proposent désormais des outils statistiques pour mesurer le nombre de téléchargements ou de transmission d’un module viral.

Limite 5 : Méfiance envers la puissance du Marketing

En effet, l’effet levier peut-être énorme et dépasser les capacités d’une entreprise. Tous les sites Internet ne sont pas capables de faire face à une multiplication par 100 de leur trafic en une journée.

Prenons l’exemple du site de Loft Story, lequel a été victime d’un trafic énorme car il a été indisponible plusieurs fois la première saison.

Les marketeurs peuvent limiter ce risque, en veillant à bien cibler (sur une communauté par exemple) et dimensionner le buzz. Le but étant de ne pas attirer la terre entière.

Limite 6 : Risque de saturation avec la généralisation du marketing

Il semble probable que le marketing face au web 2.0 perde un peu en efficacité avec le temps. En effet, l’efficacité et la crédibilité d’un message viral tiennent à son haut degré d’intérêt.

Si le message devient juste un nouveau type de publicité, il sera considéré comme une nouvelle nuisance et donc ignoré. Les consommateurs sont loin d’être bêtes et sont de plus en plus conscients des tactiques utilisées par les Marketeurs.

Ecrit et Publié par BeSocialWeb (Bekir YILDIRIM)

Quels sont les enjeux du Web 2.0 pour l’entreprise ?


1) Un enjeu stratégique :

  • Renforcer son positionnement : l’entreprise se fait plus facilement connaître et elle peut apporter plus de services (vente en ligne, hotline …),
  • Valoriser l’intelligence collective : Internet est en perpétuel évolution donc l’équipe commerciale doit faire évoluer le site de l’entreprise constamment,
  • Stimuler l’innovation : apporter de nouvelles applications.

2) Un enjeu économique :

  • Réduire ses coûts : la publicité d’une entreprise se fait gratuitement ou quasi gratuitement,
  • Gagner en productivité : les clients peuvent passer leur commandes directement sur le Site Web donc elles peuvent être préparées plus rapidement,
  • Augmenter son chiffre d’affaires : comme les coûts sont réduits l’entreprise peut réaliser plus facilement du CA

3) Un enjeu technologique :

  • Gratuité ou quasi-gratuité des logiciels ou applications

Ecrit et Publié par Besocialweb (Bekir-Cem YILDIRIM)

Le Top 10 des Réseaux Sociaux en Août 2015 !


1) Facebook : 1490 millions d’utilisateurs

2) QZone : 629 millions d’utilisateurs

3) Google+ : 343 millions d’utilisateurs

4) Twitter : 304 millions d’utilisateurs

5) Instagram : 300 millions d’utilisateurs

6) Tumblr : 230 millions d’utilisateurs

7) Baidu : 200 millions d’utilisateurs

8) Sina Weibo : 157 millions d’utilisateurs

9) Snapchat : 100 millions d’utilisateurs

10) Wkontakte : 100 millions d’utilisateurs

Ecrit et Publié par BeSocialWeb (Bekir-Cem YILDIRIM)