Zoom sur le SXO : Le Successeur du SEO


article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017

« Bientôt le SEO ne sera plus qu’un vague souvenir puisqu’il va céder sa place au SXO ». Voici ce que l’on entend souvent ces derniers temps, un changement de nom qui semble nécessaire vu l’apparition des nouvelles techniques de recherche d’informations. Mais qu’n est-il réellement ? Focus sur le SXO ou Search eXperience Optimization…

1) Google évolue en fonction des besoins des internautes

Google, semble-t-il, ne veut plus être un moteur de recherche, un moteur de réponse. Le « featured Snippets » le prouve, un résumé de réponses en provenance des pages web proposées. Le géant de l’internet prend ainsi conscience que les méthodes classiques de lancer des requêtes sont sur le point de changer.

Cette situation est en partie due à la recherche vocale. Les acteurs technologiques se bousculent effectivement dans la mise en place d’assistant personnel tel que Chatbot, Cortana ou encore Siri. Parallèlement, Google fait le nécessaire pour fournir directement à l’internaute les informations qu’il recherche. Pour lui, c’est un gage de crédibilité aux yeux des utilisateurs.

article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017-2
2) Pourquoi le SXO est-il viral ?

Pour atteindre son objectif, le fameux moteur de recherche qu’est Google a apporté de nombreuses améliorations à son système. Il s’est penché sur le score sémantique d’un site avant de définir son positionnement et adopté des codes assez évolués pour référencer proprement les pages web. Ces divers changements suscitent une question de grande envergure : les méthodes de référencement à l’ancienne permettent-elles toujours d’apparaître à la première place sur Google ? Pour le moment, la réponse à cette question est plus ou moins oui ! Cependant certains craignent que tôt au tard ces changements impactent sur le positionnement d’un site. C’est là qu’entre en scène le SXO.

article-n3-zoom-sur-le-sxo-successeur-du-seo-20-janvier-2017-3

3) Qu’est-ce que le SXO ?

Dans un futur proche, obtenir la première place sur Google sera bien plus difficile. Pour se faire, il faudra que les contenus, les services ou encore les articles correspondent au mot-clé tapé par l’utilisateur. Certains experts pensent que le SXO est idéal pour y parvenir. L’optimisation de l’expérience de recherches, un mélange de SEO et de CRO (Conversion Rate Optimization), a été démocratisée en 2010 par l’allemand « SEOworkers ». Pour les experts dans le domaine, elle a déjà porté ses fruits ce qui explique pourquoi l’offre est déjà disponible sur le marché. Certaines grandes entreprises l’ont d’ailleurs déjà proposée depuis 2012.

4) Une bonne stratégie SXO

Avant toute chose, il est capital de connaître le fonctionnement du moteur de recherche. En principe, celui-ci se réfère au nombre de clic obtenu par le site et prend en compte le temps passé par l’internaute sur la page. Plus il est élevé, plus le site gagne de bons points auprès de Google : il est donc indispensable de garder un visiteur le plus longtemps possible. Pour cela, l’ergonomie du site se doit d’être irréprochable, tout comme la pertinence des contenus qui joue un rôle des plus importants.

5) Le SEOUT : une étape incontournable en SXO

Le SEOUT est essentiel dans le positionnement d’un site. Il est plus privilégié par ceux qui adoptent le SXO. Généralement, la technique consiste d’abord à dresser un tableau contenant les atouts et les points faibles du site. En faisant cela, le concepteur doit entrer dans la peau des visiteurs. Ensuite, il faut se pencher sur les pages à mettre en avant pour obtenir une ergonomie parfaite afin d’attirer le maximum d’internautes. Enfin, il ne faut pas oublier les maillages sémantiques qu’un expert du référencement peut parfaitement réaliser.

Source : Webmarketing & Com

Ecrit par Enrico Ramasy

LE SEO EN UNE IMAGE


Article n°1 Le SEO en une image 6 janvier 2017.jpg

Source : Axenet.fr

SEO : Search Engine Optimization


1) Définition du mot « SEO »

Le SEO est un outil de référencement naturel et gratuit qui permet aux entreprises d’être mieux référencer sur les moteurs de recherche comme :

  • Google
  • Bing
  • Yahoo !

2) L’intérêt du SEO

Le SEO permet aux entreprises d’être référencer avec des groupes de mots-clés (ou keywords) sur les moteurs de recherche.

3) Parlons un peu de SEO

Il y a deux manières de parler de SEO :

  • Référencement via les mots-clés (ou keywords) en fonction de l’activité des entreprises
  • Référencer sur des annuaires professionnels en fonction de l’activité des entreprises

4) Un exemple de SEO sur le moteur de recherche « Google »

seo-article-4

Vendre sur le net !


1) Les Techniques Gratuites

  • Echange d’hyperliens ou de bannières
  • Forums
  • Sites d’annonces
  • Blogs
  • Réseaux Sociaux
  • Communautés
  • Vidéos
  • Flux RSS
  • Newsletters
  • Communiqué de presse
  • Référencement Naturel et Gratuit (SEO)

2) Les Techniques Payantes

  • Annuaires payantes
  • Achats de mots-clés avec Google Adwords
  • Achat d’espaces publicitaires sur Google, Yahoo !, Bing, les sites spécialisées et les messages promotionnels

Ecrit et rédigé par BesocialWeb (Bekir YILDIRIM)

Le Top 10 des Réseaux Sociaux en Août 2015 !


1) Facebook : 1490 millions d’utilisateurs

2) QZone : 629 millions d’utilisateurs

3) Google+ : 343 millions d’utilisateurs

4) Twitter : 304 millions d’utilisateurs

5) Instagram : 300 millions d’utilisateurs

6) Tumblr : 230 millions d’utilisateurs

7) Baidu : 200 millions d’utilisateurs

8) Sina Weibo : 157 millions d’utilisateurs

9) Snapchat : 100 millions d’utilisateurs

10) Wkontakte : 100 millions d’utilisateurs

Ecrit et Publié par BeSocialWeb (Bekir-Cem YILDIRIM)

Entreprise/Start-Up : Comment peut-on gérer notre présence de marque sur le web ?


De nos jours, de plus en plus de start-up se crée chaque année dans toute la France et celles-ci ont besoin de se faire connaître auprès des clients ou des prospects et gérer leur présence de marques sur le web sachant qu’ils n’ont pas de budget à consacrer dans la publicité ou faire appel aux différents médias ou hors medias comme la télévision, la radio, les catalogues, etc.

Pour cela, les entreprises peuvent gérer leur présence de marque sur le web en passant par différent outils gratuit comme :

  • Les Réseaux Sociaux : Facebook, Twitter, Viadeo, Linkedin, Pinterest, YouTube, Istagram,…
  • Les Blogs : WordPress, Scoop.it, Tumblr, Blogger, Paper.li, etc.
  • Les Forums
  • Les Wikis
  • Les Sites Spécialisés
  • Les Flux RSS
  • L’E-mailing et la Newsletter : Clients et Prospects
  • L’E-publicité : Visibilité
  • Le Social Plugin : Like, Twitt et Link
  • Le Référencement : Naturel et Payant (Google)
  • Les Supports physiques : Papier, PLV, etc.

Ecrit et Publié par BeSocialWeb (Bekir-Cem YILDIRIM)

Pensez-vous que le recrutement via les réseaux sociaux est un moyen efficace pour connaître ou avoir des informations sur les candidats sélectionné ou reçu en entretien ?


Les réseaux sociaux peuvent être un moyen efficace pour recruter des salariés ou des stagiaires au sein des sociétés, mais il peut y avoir des conséquences lorsqu’un employeur utilise les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Google+ pour recruter un stagiaire, un apprenti, un salarié ou bien un alternant.

Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Google+ devraient être utilisés plutôt à des fins professionnelles pour les entreprises et à des fins personnelles pour les particuliers.

Les réseaux sociaux professionnels LinkedIn, Viadeo, Amplement, Wizbii, Yupeek, Xing sont des moyens efficaces pour le recrutement d’une personne, de plus, un employeur pourrait recruter en utilisant des sites d’emplois, sites spécialisés ou des offres écoles.

En générale, lorsqu’un employeur propose un entretien à un candidat, il a seulement des informations sur le candidat à partir d’un CV et d’une lettre de motivation. A partir de ses deux éléments, l’employeur peut déjà avoir une petite idée du candidat qu’il va recevoir.

Cependant, si un employeur recrute à partir des informations que l’on peut trouver sur Facebook ou Twitter, il y aurait énormément de conséquences lors de l’entretien.

L’employeur pourrait vouloir ne pas recevoir le candidat pour un entretien, il pourrait faire de la discrimination à cause du contenu que dispose le compte Facebook ou Google+ du candidat (photos, vidéos, commentaire, etc.), les informations personnelles du candidat pourraient bien évidemment induire en erreur le recruteur et dans ce cas là, il n’y aura pas d’entretien et pas de sélection du candidat pour le poste proposé.

Cela signifierait que les recruteurs seront plus indulgents lors des sélections des candidats pour un stage ou un poste en CDD, CDI ou intérim.

À cause de la restriction, il y aura de moins en moins de postes à pourvoir et le taux de chômage sera en hausse à cause des conséquences liées au recrutement par les réseaux sociaux comme Google+, Twitter ou bien Facebook.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Ecrit et Publié par Besocialweb (Bekir YILDIRIM)

Community Manager : Représentant et ambassadeur de la marque entreprise !


1) Qu’est-ce qu’un Community Manager

Le « Community Manager », gestionnaire de communauté, ou conseil en web social est à la croisée de plusieurs métiers, services et compétences habituellement partagés dans l’entreprise entre plusieurs fonctions, et notamment :

  • La relation clients
  • Le marketing et la veille concurrentielle
  • La gestion de la réputation de l’entreprise
  • La communication interne et externe

Dans une entreprise qui utilise internet pour développer ses activités et communiquer sur ses produits, le Community Manager est chargé de construire des relations durables avec les clients et prospects, à travers des espaces communautaires (forums, blogs, réseaux sociaux) qu’il anime.

2) Le rôle d’un Community Manager

Les missions confiées au Community Manager sont donc transversales. Elles dépendent également de l’orientation que l’entreprise donne à sa communication web (ex : agir sur l’e-réputation, recruter des prospects, etc)

Trois grandes missions :

  • Ambassadeur de la marque/entreprise : le Community Manager est à la fois le porte-parole de la marque et l’interlocuteur reconnu de ses clients sur les espaces web communautaires où ils s’expriment (forums de discussions, blogs, etc).
  • Gestion et animation de communautés : il oriente les clients-internautes vers des espaces de communication web maîtrisés (blogs et forums « corporate », page facebook, etc.), qu’il peut lui-même créer. Il renforcer la présence des internautes/clients sur ces espaces, afin que « leur voix » ne se disperse pas. Enfin il anime ses espaces en fournissant des contenus pertinents (ex : offres commerciales et événementielles, jeux, réponses aux questions d’internautes).
  • Veille et communication interne : la veille qu’il exerce (dans et en dehors de la communauté) et ses interactions avec les internautes peuvent être analysés, capitalisés sont partagés avec les services de l’entreprise concernés (ex : motifs d’insatisfactions, indisponibilité d’un service/produit, propos diffamatoires, etc.)

Les Enjeux de la fonction de Community Manager dans l’entreprise :

  • Promotion de l’image de marque de l’entreprise : en limitant le nombre de commentaires négatifs publiés dans certains espaces de discussion (ex : sites d’avis).
  • Fidélisation et recrutement des clients : en apportant des réponses adaptées à des feedbacks clients récurrents, il témoigne de la capacité d’écoute de l’entreprise. Ses interventions « éditoriales » sur les espaces communautaires (ex : annonce d’événements, de promotions, etc.) attirent l’attention de nouveaux prospects.
  • Amélioration du référencement web de l’entreprise/marque : grâce à la mise à jour régulière de nouveaux contenus, à la multiplication de liens vers les activités/produits/services de l’entreprise.
  • Compétitivité de l’entreprise : plus présente qu’un concurrent sur les médias sociaux influents.

3) Un Community Manager : pour quelles entreprises ?

Les entreprises de toute taille (TPE-PME), particulièrement investies dans les secteurs de la vente directe, et qui gèrent une partie de leur relation client sur internet, peuvent bénéficier de l’expertise d’un Community Manager.

A plus forte raison si elles disposent déjà d’un site internet « institutionnel » et sont présentes sur les réseaux sociaux publics et professionnels.

Dans ces cas, cette démarche doit s’accompagner d’une réflexion stratégique sur les raisons d’augmenter sa présence sur les réseaux sociaux, et sur les objectifs à atteindre.

4) Comment recruter un Community Manager ?

Selon la taille de l’entreprise, le volume des espaces communautaires à gérer, et l’objectif assigné à sa fonction, le Community Manager peut être recruté en interne, ou son rôle peut être externalisé. Dans tout les cas, il devra réunir un certain nombre de qualités.

Recruter un Community Manager en interne :

De nombreuses entreprises optent pour cette solution, par souci de pérennité et pour une question d’efficacité dans l’organisation du travail : notamment si le Community Manager est appelé à collaborer étroitement avec les différents services de l’entreprise : marketing, relation clients, chef produits, communication, etc. Internaliser la fonction de Community Manager permet également aux entreprises de conserver leur indépendance stratégique et aux collaborateurs de développer de nouvelles compétences.

Externaliser la fonction de Community Manager :

D’autres entreprises délèguent tout ou partie des responsabilités de Community Management à des intermédiaires – agences ou prestataires freelances- , ce qui comporte également plusieurs avantages : en termes de flexibilité (intervention contractuelle, plus économique) mais aussi en termes de prise de distance : le Community Manager externalisé a plus de latitude de prise de parole qu’un salarié de l’entreprise et se met plus facilement à la portée de la communauté. Une neutralité et une objectivité qui peuvent rendre ses interventions plus crédibles.

Caractéristiques et qualités d’un Community Manager :

Si vous procédez à un recrutement en interne, vous devrez être attentif au profil du candidat et aux critères de sélection suivants :

  • Polyvalence : le Community Manager doit réunir plusieurs compétences et connaissances : en marketing, stratégie commerciale, reporting, capacités de communication. Il correspond donc plutôt à un profil « Écoles de Commerce ».
  • Activité sur les blogs et réseaux sociaux : le candidat doit lui-même être blogueur amateur et si possible déjà identifié ou reconnu par une communauté de blogueurs (pour plus de crédibilité)
  • Maîtrise des outils techniques : Twitter, Facebook, Viadeo, LinkedIn… Outre leur maniement, Il devra être capable de justifier leur intégration à une stratégie plus globale. Il devra également savoir manier les outils de veille (ex : Netvibes, wikio) et produire des analyses fines.
  • Qualités humaines : réactivité, sens de la diplomatie et empathie (le Community Manager est à la fois porte-parole de la marque et des consommateurs).

Ecrit et Publié par Besocialweb

SEM : Search Engine Marketing !


1) SEM : Search Engine Marketing

  • Le SEM définit l’optimisation de la visibilité d’un site web au travers d’une campagne de liens sponsorisés sur les moteurs de recherche
  • Le SEM permet généralement de générer un trafic organique ciblé, l’objectif étant de minimiser le coût par clic tout en maximisant le coût par conversion d’un utilisateur.

Image1

2) SEA : Search Engine Advertising

– Référencement payant

– Achat de mots-clés sur Google AdWords afin d’être référencer sur la première page des moteurs de recherches « Google, Bing Yahoo! »

– Publicité payante ou annonce sur les moteurs de recherche (Google, Bing et Yahoo!)

3)SEO : Search Engine Optimization

– Référencement gratuit et naturel

– Référencer avec des mots-clés

– Outil de référencement : SemRush, Google Adwords et Google Analytics

Image2

SEO : Search Engine Optimization

– Balise Title

– Balise Meta Description

– Balise H1 à H6

4) SMO : Social Media Optimization

– Référencement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+, Viadeo, Linkedin, …)

– Outil de référencement : Google Analytics, Hootsuite et FacebookAd

Quelles sont les conséquences de l’utilisation des réseaux sociaux pour le recrutement ?


Les réseaux sociaux peuvent être un moyen efficace pour recruter des salariés ou des stagiaires au sein des sociétés, mais il peut y avoir des conséquences lorsqu’un employeur utilise les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Google+ pour recruter un stagiaire, un apprenti, un salarié ou bien un alternant.

Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et Google+ devraient être utilisés plutôt à des fins professionnelles pour les entreprises et à des fins personnelles pour les particuliers.

Les réseaux sociaux professionnels Viadeo et Linkedin sont deux moyens efficaces pour le recrutement d’une personne, de plus, un employeur pourrait recruter en utilisant des sites d’emplois, sites spécialisés ou des offres écoles.

En générale, lorsqu’un employeur propose un entretien à un candidat, il a seulement des informations sur le candidat à partir d’un CV et d’une lettre de motivation. A partir de ses deux éléments, l’employeur peut déjà avoir une petite idée du candidat qu’il va recevoir.

Cependant, si un employeur recrute à partir des informations que l’on peut trouver sur Facebook ou Twitter, il y aurait énormément de conséquences lors de l’entretien.

L’employeur pourrait vouloir ne pas recevoir le candidat pour un entretien, il pourrait faire de la discrimination à cause du contenu que dispose le compte Facebook ou Google+ du candidat (photos, vidéos, commentaire, etc.), les informations personnelles du candidat pourraient bien évidemment induire en erreur le recruteur et dans ce cas là, il n’y aura pas d’entretien et pas de sélection du candidat pour le poste proposé.

Cela signifierait que les recruteurs seront plus indulgents lors des sélections des candidats pour un stage ou un poste en CDD, CDI ou intérim.

À cause de la restriction, il y aura de moins en moins de postes à pourvoir et le taux de chômage sera en hausse à cause des conséquences liées au recrutement par les réseaux sociaux comme Google+, Twitter ou bien Facebook.

Et vous, qu’en pensez-vous ?