Comme Facebook, Linkedin veut être l’ami des collégiens !


Linkedin s'est ouvert aux étudiants en créant ses pages Université. Crédit: D.R

Le réseau professionnel Linkedin a baissé à 13 ans en France  l’âge minimum requis pour ouvrir un compte.

Linkedin a décidé d’étendre son champ d’action aux teenagers, dans le cadre d’une stratégie qui pourrait s’avérer payante, selon les analystes. Le réseau, qui cible habituellement les professionnels, a réduit l’âge minimum d’inscription de ses membres de 18 ans ou plus à 13 ans en France.  En révisant sa politique, le site espère que tous ceux qui ne sont pas assez âgés  pour conduire une voiture  se connecteront avec les universités, les anciens élèves et les professionnels pour pouvoir démarrer leur carrière. «Les élèves sont intelligents et ambitieux et ils pensent déjà à leur avenir quand ils entrent au lycée où lorsqu’ils veulent aller à l’université », a déclaré Eric Heath, directeur juridique de LinkedIn en charge de la politique sur la vie privée au niveau mondial, dans un billet de blogannonçant les modifications qui sont entrées en vigueur le 12 septembre dernier. « Ils savent ce qu’ils veulent étudier, où ils veulent vivre et où ils souhaitent travailler», a-t-il ajouté. Mais si cela peut se vérifier pour quelques-uns, le fait que des adolescents utilisent Linkedin comme une aide dans leur parcours reste encore à vérifier.

Pour certains élèves, le réseau pourrait constituer un précieux service. L’un des  éléments essentiels liés à la politique sur l’âge minimum légal est la création des pages Université qui permettent aux universités et établissements de l’enseignement supérieur de communiquer sur le site, de répondre aux questions et d’entrer en relation avec les membres du réseau. Pour les élèves du secondaire férus de technologie qui savent que les écoles sont capables de les voir en ligne, l’abaissement des  conditions d’âge est une excellente idée », a déclaré Charlene Li, analyste chez Altimeter Group. « Mais pour les plus jeunes, qui sont âgés de 13, 14  ou 15 ans,  l’université ne fait pas encore partie de leurs préoccupations et Linkedin n’est pas vraiment un endroit naturel pour eux », considère-t-elle, en ajoutant que les adolescents se réunissent plutôt sur des sites comme Facebook, Instagram ou Snapchat.

Une stratégie payante mais pas dans l’immédiat

En répondant à une population plus jeune, Linkedin ne devrait pas risquer de diluer sa marque car le site est toujours focalisé sur les carrières, estiment les analystes. Son principal enjeu est d’attirer plus d’utilisateurs, et en ouvrant ses portes à un public plus jeune, cela pourrait lui permettre d’y parvenir, mais cela n’arrivera pas du jour au lendemain, pressent pour sa part Brian Blau, analyste chez Gartner.

Le réseau est devenu public en 2011 et il est sous pression pour tenter d’accroître  sa base d’utilisateurs. Il revendique 238 millions de membres actifs alors que  Facebook en réunit plus d’un milliard. Les pages Université du site et les modifications sur la politique d’âge constituent une opportunité pour sa croissance,  a indiqué Crystal Braswell, l’une de ses porte-paroles. La plate-forme compte déjà 30 millions d’étudiants et des diplômés récents d’universités parmi ses membres, et ils constituent  la plus forte croissance démographique, a précisé Crystal Braswell. Avec près de 1 000 pages Université, seule une petite part des établissements mondiaux  sont présents sur le portail mais environ 200 sont ajoutées chaque semaine. 

Le réseau professionnel espère que les enseignants, les parents, les conseillers et amis de la famille guideront les élèves dans le processus de création d’un compte. Les pages Université et l’abaissement de l’âge ne devraient pas conduire à des gains importants dans l’immédiat mais le site pourra en bénéficier à l’avenir, prévoit l’analyste d’Altimeter Group, Charlene LI.  Selon elle, dans un an ou deux, certains lycées pourraient même imposer aux élèves de s’y inscrire. Pour l’analyste du Gartner, Linkedin devra veiller à ne pas ajouter plus de stress dans le cadre d’un processus qui est très commercialisée dans certains pays, et compliqué par des guides et des classements. Il considère que les étudiants n’ont pas besoin d’être soumis à plus de pression mais que le fait de pouvoir s’appuyer sur une autre ressource pourrait être une bonne chose.

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-comme-facebook-linkedin-veut-etre-l-ami-des-collegiens-55147.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s