Facebook : un an après l’introduction en bourse, le doute subsiste !


 

Facebook

Introduit en bourse il y a un an, le réseau social Facebook peine encore à démontrer sa solidité économique.

C’était il y a un an. Le 18 mai 2012, Facebook faisait une entrée rocambolesque au Nasdaq, le marché d’actions des valeurs technologiques américaines. Attendue depuis des mois, l’introduction de la société se fait à une somme astronomique – dépassant les 100 milliards de dollars. Bon nombre d’observateurs l’estiment alors surévaluée.

La sentence ne se fait pas attendre. Le premier jour, pénalisée par des pannes techniques du système d’échange, l’action Facebook perd 10%, puis 20% sur les trois premières séances. La chute se poursuivra pendant plusieurs mois. La semaine du 4 septembre, le titre passe sous la barre des 18 dollars, soit moitié moins que sa valeur de départ. Il faudra attendre début novembre pour le voir vraiment repartir à la hausse.

Avec une action qui s’échangeait à 26,5 dollars ce vendredi 17 mai 2013, Facebook semble avoir apaisé une partie des inquiétudes. Principalement grâce à une stratégie tournée vers le mobile, qui a porté ses fruits.

MONÉTISER L’AUDIENCE MOBILE

Le numéro un des réseaux sociaux en ligne compte aujourd’hui 1,1 milliards d’utilisateurs, soit 200 millions de plus qu’il y a un an. Depuis décembre 2012, ils sont désormais plus nombreux à s’y connecter via leur téléphone portable : 750 millions aujourd’hui, contre 13% de moins un an plus tôt.

Facebook est parvenu à monétiser cette audience, et donc à rassurer les investisseurs. En introduisant en juin des publicités spécifiques au mobile, le groupe de Palo Alto a fait passer ses recettes sur ce support de 0 à 30% du total de ses revenus publicitaire.

Facebook aurait ainsi généré 391 millions de dollars de recettes par ce biais en 2012. Un chiffre qui pourrait grimper à 965 millions de dollars en 2013, estime eMarketer. Rassurant, quand on sait que la publicité représente 84% de son chiffre d’affaires.

Mais les doutes sur la fragilité des fondamentaux économiques de l’entreprise ne sont pas dissipés. « Facebook a bien négocié son virage vers le mobile, reconnaît Pierre-Jean Benghozi, enseignant au pôle économie et gestion de Polytechnique et auteur de ‘L’économie de la culture à l’heure d’Internet : le deuxième choc.’ Mais c’est moins la gestion de l’entreprise que ses fondamentaux qui posent problème : son modèle économique, essentiellement basé sur la publicité semble très fragile. »

GOOGLE BEAUCOUP PLUS EN AVANCE

Malgré l’énorme audience du réseau social, il reste tout à fait envisageable, pour l’économiste, que celle-ci finisse par s’effondrer. Une position qui résonne avec une récente étude de la banque d’investissement américaine Piper Jaffray faisant état d’une perte de vitesse de Facebook, notamment auprès des jeunes.

« Le mobile permettra-t-il de faire évoluer ces fondamentaux ? Je n’en suis pas certain, surtout quand on voit que le succès espéré de Facebook Home n’est pas au rendez-vous, avance Pierre-Jean Benghozi. Sur la question du traitement des données issues du mobile, Google me semble beaucoup plus en avance ».

Facebook a lancé Home le 5 avril dernier, une interface mobile conçue pour les appareils équipés d’Androïd et optimisée pour l’utilisation du réseau social bleu et blanc. Mais le grand public ne s’y intéresse guère, et l’opérateur mobile américain AT&T, qui propose un smartphone intégrant Facebook Home, envisagerait même d’arrêter sa distribution.

Facebook reste toujours le premier réseau social au monde : selon eMarketer, 51% des internautes ont consulté le site au moins une fois par mois au premier trimestre 2013, loin devant Google+ et ses 26%. Il se sait néanmoins attendu au tournant. Dès cet été, le site devrait innover en matière de publicité en introduisant des réclames au format vidéo. De quoi rassurer les investisseurs… à condition que les utilisateurs acceptent cette nouvelle intrusion dans leur profil.

http://www.usinenouvelle.com/article/facebook-un-an-apres-l-introduction-en-bourse-le-doute-subsiste.N197178

Publicités

Un commentaire sur “Facebook : un an après l’introduction en bourse, le doute subsiste !

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :