Facebook veut inciter les utilisateurs de mobiles à ne pas sortir de sa « maison »


« Mobile first » : depuis un an, c’est le mot d’ordre chez Facebook. La preuve en a été donnée, jeudi 4 avril, avec la présentation de « Home ». C’est la nouvelle version, gratuite, de l’application Facebook, téléchargeable uniquement sur les téléphonesAndroid. Elle propose une expérience totalement nouvelle du premier réseausocial au monde (plus d’un milliard d’utilisateurs) sur les smartphones.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vousabonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l’édition abonnés

 

« Home » permet de transformer l’écran d’accueil du terminal : au lieu qu’il soit pavé d’applications en tout genre – dont celle actuelle de Facebook –, c’est alors une adaptation de la fameuse « timeline » (la page d’accueil) du réseau social qui s’affiche.

Dès que l’on allume son téléphone, des photos plein écran défilent, avec les boutons « like » (j’aime) et « comment » (je commente), en bas à gauche. Les notifications des « amis » apparaissent en continu, et en surimpression sur l’écran.

L’application sera disponible à partir du 12 avril aux Etats-Unis ; un peu plus tard dans le reste du monde. Le constructeur taïwanais HTC propose un terminal pré-équipé, le « HTC First », en partenariat avec l’opérateur américain ATT, pour 99 dollars (77 euros).

« Déjà, 20 % du temps passé sur les smartphones l’est sur notre application. Nous voulions rendre l’expérience de nos utilisateurs encore meilleure », explique Ami Vora, responsable du marketing chez Facebook, jointe par Le Monde.

« C’est une version très élégante, très immersive, les utilisateurs actuels du réseau devraient adorer. Pour les autres, il faudra peut-être plus de temps pour adopterl’outil », juge Carolina Milanesi, du cabinet d’experts Gartner.

UN ENJEU CRUCIAL

Pour Facebook, comme pour son rival direct, Google, l’enjeu du mobile est crucial. Les deux géants ont assis leur puissance en captant l’essentiel des audiences de l’Internet fixe. Ils doivent réitérer l’exploit sur les mobiles. Car davantage d’internautes accèdent au Web par les smartphones et les tablettes que depuis des ordinateurs.

Et sur ces écrans plus petits, la concurrence d’autres services, conçus pour l’usage en mobilité, abonde. Il y a par exemple l’application de partage de photos Instagram (que Facebook a acheté, en 2012, pour 1 milliard de dollars), ou WhatsApp, une messagerie qui permet à ses utilisateurs d’effacer le contenu de leurs échanges quand ils le veulent, et qui fait un tabac aux Etats-Unis.

Google, qui investit depuis au moins cinq ans sur le mobile, est désormais plutôt bien positionné pour réussir sa conversion.

Le groupe a tout le dispositif en mains : le système d’exploitation (Android, qui équipe 60 % des smartphones), l’offre publicitaire (liens sponsorisés), les terminaux (gamme des Nexus), et même un fabricant de mobiles (Motorola, acquis en 2011), dont il n’a pas encore vraiment tiré parti.

VITE EN BESOGNE

Facebook a démarré il y a seulement un an. Le groupe est certes allé vite en besogne : outre le rachat d’Instagram, il a lancé un nouveau format publicitaire, qui est un succès. Le réseau a réalisé presque un demi-milliard de dollars de chiffre d’affaires sur les mobiles en 2012. Mais il restait moins armé que Google. Il ne disposait que d’une application, qui risquait d’être noyée parmi toutes les autres disponibles dans les magasins virtuels des smartphones.

Avec « Home », Facebook se donne les moyens de prendre possession de l’écran du mobile, « sans avoir eu à concevoir son propre système d’exploitation, c’est malin », relève Mme Milanesi. « C’est un bon moyen pour augmenter le temps passé par les utilisateurs sur Facebook, donc pour tirer davantage de revenus publicitaires sur les mobiles », selon Ronan de Renesse, chez Analysis Mason.

Le but est que les fans de Facebook puissent utiliser leur mobile sans sortir de « Home », qui, comme son nom l’indique, deviendrait leur seconde maison. Facebook en est encore loin : il manque des services non intégrés à l’application (appels voix, courriels). Le groupe rate aussi, pour l’instant, un bon 20 % du marché : les iPhone. Difficile d’imaginer qu’Apple, qui contrôle si jalousement l’écran de ses machines, autorise Facebook à y prendre ses aises.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/05/facebook-veut-inciter-les-utilisateurs-de-mobiles-a-ne-pas-sortir-de-sa-maison_3154716_3234.html

Publicités

Un commentaire sur “Facebook veut inciter les utilisateurs de mobiles à ne pas sortir de sa « maison »

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :