Le recrutement 2.0 : du perso au pro.


Les réseaux sociaux offrent de nouvelles perspectives de recrutement, tant pour les candidats que pour les entreprises. Mode d’emploi.

Les réseaux sociaux permettent aux candidats et aux recruteurs de se "suivre".

Les réseaux sociaux permettent aux candidats et aux recruteurs de se « suivre ». © Sierakowski/Sopix/Sipa

Il se crée presque un nouveau réseau social chaque jour. Certains sont censés être utilisés principalement dans un cadre personnel, comme FacebookTwitter ou Pinterest, et d’autres dans un cadre professionnel, comme LinkedIn, Viadeo ou Xing. Mais la frontière est souvent mince, comme l’évoque Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook : « En tant qu’adultes, nous pensons que notre maison est un espace privé… » Avec le temps, les utilisateurs découvrent que les réseaux sociaux ne sont pas un confessionnal et qu’il faut donc mieux éviter les prises de parti politiques ou hiérarchiques. D’ailleurs, plusieurs affaires de licenciement ont fait grand bruit à la suite de messages laissés à la vue de tous sur ces différents supports de communication.

Pour beaucoup de jeunes, la présence sur les médias sociaux, qu’ils soient professionnels ou non, est devenue obligatoire. Elle leur permet d’affirmer leur personnalité et leurs convictions, et de se distinguer des autres. La génération Y (née entre 1979 et 1994) y voit une occasion de pouvoir exister auprès de ses amis, mais aussi dans la sphère professionnelle. Certains prétendent même que les cabinets de recrutement sont en danger, les chasseurs de têtes allant directement sur les réseaux sociaux chercher leurs futurs poulains.

Facebook et Twitter

Le recrutement sur ces plates-formes est en effet un processus en vogue. Les réseaux inventent de nouveaux systèmes pour s’imposer sur le marché du recrutement 2.0. Facebook a, par exemple, conclu un partenariat avec Monster, qui développe des applications pour les candidats, mais aussi pour les recruteurs comme « BeKnown », qui compte aujourd’hui plus d’un million et demi d’utilisateurs. Cet outil permet à tout membre de Facebook de se constituer son réseau professionnel directement dans l’écosystème Facebook avec un profil pro, un accès aux offres pour les candidats et un accès aux candidats pour les entreprises. Le premier réseau social a aussi lancé un nouveau service, « RecruiterConnect », qui permet aux recruteurs d’avoir à leur disposition un véritable moteur de recherche pour sourcer les candidats directement sur le site !

Le site de microblogging Twitter est de son côté beaucoup plus professionnel que Facebook. Les candidats peuvent y « suivre » leurs entreprises favorites, mais aussi poster des tweets leur permettant de démontrer qu’ils font preuve d’une véritable réflexion sur le sujet dont ils sont censés être experts, et d’espérer ainsi être « suivis » par l’entreprise de leurs rêves. Aux États-Unis, Twitter est en train de tester ce qui pourrait révolutionner le processus de recrutement : twiCVer. Évidemment, soyez bref : vous disposez de 10 tweets de 140 caractères chacun pour réaliser votre CV, qui comportera une biographie, votre situation personnelle, votre formation, vos expériences professionnelles, et enfin vos succès et vos échecs dans la vie de l’entreprise. TwiCVer vous offre enfin deux tweets pour parler de vos attentes dans votre future entreprise.

Une nouvelle tendance : le serious game

Pour se faire remarquer et attirer les meilleurs candidats, les marques font elles aussi preuve d’innovation. La nouvelle tendance de recrutement du moment est le serious game. Ces jeux permettent aux marques de former, tester, mais surtout recruter. Ils sont apparus aux États-Unis avec l’armée américaine, qui avait lancé un jeu vidéo plus vrai que nature afin de recruter de nouveaux soldats. Depuis, de grands groupes internationaux s’y sont essayés, avec à la clé un grand succès. Comme L’Oréal, avec « Reveal by L’Oréal » ou BNP Paribas, qui a réuni plus de 14 000 jeunes autour de « Ace Manager », qui simulait différents métiers de la banque. Un bon moyen de trouver les candidats les plus astucieux et les futurs cadres de la société.

Afin de maximiser les chances de se faire remarquer par les recruteurs, les candidats doivent partir en VAC : la Veille Argumentée Convaincante. Ils doivent pour cela participer à des groupes (sur Facebook, par exemple) qui traduisent ce qu’ils aiment et ce qu’ils envisagent de faire dans l’entreprise. Il leur faut également lancer des sujets de discussion qui pourront les légitimer sur un secteur. Démontrer son expertise via des analyses est très bien considéré par les recruteurs et peut avoir plus de poids qu’une ligne sur un CV. Encore faut-il le faire de manière crédible et convaincante…

Gare à son e-réputation

Pour autant, penser qu’il suffit de se connecter à un réseau social pour trouver un job serait une méprise. D’une part, il existe, comme dans la vie « offline », une offre inférieure à la demande. Et d’autre part, ce processus de recrutement est réservé à 75 % à une population active et diplômée. Les secteurs qui recrutent le plus via ces nouveaux médias sont les ressources humaines, le marketing et la vente. Aussi, le profil du candidat sur ces différents réseaux doit être considéré comme une simple vitrine, car dans 50 % des recrutements il servira simplement à pré-évaluer le candidat avant les traditionnels entretiens d’embauche. Les CV en ligne paraissent en effet plus authentiques que les CV papier, car ils sont « validés » tacitement par les amis et les relations professionnelles.

Malgré les opportunités que peuvent offrir les réseaux sociaux, le contact humain reste une priorité pour beaucoup de recruteurs. Un recrutement ne se fait pas simplement via une e-réputation, mais avant tout après une rencontre. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : seulement 28 % des recruteurs ont embauché une personne via un réseau social, ce qui représente moins de 2 % des embauches. Ces démarches étant chronophages pour le candidat comme pour l’entreprise, il est nécessaire de veiller à ne pas perdre un temps précieux dans la quête d’un nouveau poste ou du nouveau petit génie dont toutes les sociétés rêvent.

Ces dernières années, l’omniprésence des réseaux sociaux dans les médias fait d’eux, dans l’imaginaire des Y, des outils indispensables à leur vie. Internet et les réseaux sociaux ont beaucoup à offrir en termes de recrutement à qui sait ce qu’il cherche. Qu’elles soient numériques ou plus classiques, les données recueillies nécessiteront toujours l’analyse de professionnels que les réseaux sociaux ne suffisent pas à offrir.

http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/le-recrutement-2-0-du-perso-au-pro-16-05-2012-1462012_47.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s